1 Anjou
1 Anjou
2 Bretagne / Breizh
3 La Bible / Ar Bibl
4 Texte / Testenn
5 Bible française A
6 Bible française B
7 Bibl brezhonek
8 Infos et liens

ANDECAVINI TERRA

PRÉSENTATION DU DEPARTEMENT DE MAINE-ET-LOIRE

Voici la présentation succincte d'une contrée étonnante: le Maine-et-Loire (appelé aussi Anjou, du nom de l'ancienne province qui lui a donné naissance).

Population: 750 000 habitants
Superficie: 7200 km²

L'Anjou est traversé d'est en ouest par le dernier fleuve sauvage de France, la Loire, qui offre des paysages inégalés évoluant constamment au fil des saisons. L'été, les bancs de sable dominent et la Loire se réduit à quelques filets d'eau serpentant entre les masses de sable blanc. L'hiver, l'eau occupe tout le terrain, elle peut même sortir du lit lors de crues fréquentes.

La Loire sépare naturellement l'Anjou en deux parties: le nord et le sud. Cependant, une autre segmentation s'offre à nous, géologique cette fois, qui partage l'Anjou entre l'ouest et l'est. L'ouest granitique appartient au Massif Armoricain, tandis que l'est sédimentaire fait partie du Bassin Parisien.

Cette variété géographique et géologique donne à l'Anjou une grande diversité de paysages: les forêts du Baugeois (nord-est), les plaines fleuries de la vallée de l'Authion (centre-est), les collines du Segréen (nord-ouest), les vallées profondes des Mauges (sud-ouest), les excellents vignobles du sud, les troglodytes (sud-est), la vallée de la Loire si large lorsqu'elle pénètre en Anjou devant le château de Montsoreau, et de plus en plus encaissée à mesure qu'elle s'enfonce en Armorique, le sommet du département au village des Gardes (entre Angers et Cholet), les grandes rivières qui affluent du nord, le Loir, la Sarthe, la Mayenne, devenant la Maine dans ses dix derniers kilomètres, les plus petites rivières qui arrosent le sud, le Thouet, le Layon, le Lys, l'Hyrôme, l'Evre, la Moine, partout la beauté et la diversité s'imposent.

Trois villes drainent l'activité économique, Angers, Cholet, Saumur, ainsi que de nombreuses petites agglomérations réparties sur tout le territoire, garantissant un équilibre harmonieux entre une urbanisation à échelle humaine et un tissu rural dynamique.

L'Anjou se caractérise aussi par la présence d'innombrables monuments historiques, les très grands, château d'Angers, château de Saumur, abbaye de Fontevrault, mais aussi les simplement grands, les moyens et les petits, trop nombreux pour être mentionnés (châteaux, manoirs, églises, moulins à vent ou à eau).

Située dans le centre ouest de la France, aux frontières de la Bretagne, dans la plus belle partie de la vallée de la Loire, à une distance idéale de Paris et de l'Atlantique, oui le Maine-et-Loire est vraiment une contrée étonnante. Lorsque Dieu créa la terre, Il prit sans doute le temps de façonner l'Anjou un peu à l'image du jardin d'Eden.

���������������������������������������

UNE PAGE FONDAMENTALE DE L'HISTOIRE DE L'ANJOU:

4ème SIECLE, L'ANJOU DEVIENT CHRETIEN

Nous voulons décrire ici, de manière très concise, comment l'Anjou, après des millénaires de ténèbres spirituelles, a été éclairé pour la première fois par la lumière de l'Evangile de Jésus-Christ. Cela se passait aux 3ème et 4ème siècles, il y a donc plus de 1600 ans. C'est peut-être loin, les historiens savent peu de choses à ce sujet, cependant, nous sommes encore au bénéfice de ces évènements. Ce qui est arrivé à l'époque sur les bords de la Loire, de la Mayenne ou du Layon, c'est aussi ce qui arrive aujourd'hui en Afrique, en Asie ou au Proche-Orient, lorsque des chrétiens, par amour pour les habitants de ces régions, vont annoncer le Salut en Jésus-Christ, au péril de leur vie.

En l'an 100 après JC, la Gaule était encore presque entièrement païenne. Le christianisme s'est répandu tardivement en Gaule par rapport au reste de l'empire Romain. Il faut attendre la fin du 2ème siècle pour que soient attestées les premières communautés chrétiennes (à Lyon par exemple). Durant le 3ème siècle, les implantations locales se sont multipliées, d'où a commencé à rayonner la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ. Cependant, la Gaule est restée encore majoritairement païenne, surtout dans nos régions. Les sources historiques sont rares. On situe vers l'an 250 le début de la prédication de l'Evangile à Tours, avec Gatien, et vers 290 le martyr de deux chrétiens Nantais: Donatien et Rogatien.

L'Evangile a probablement atteint l'Anjou entre ces deux dates. Dans l'histoire de l'Eglise, le sang des premiers témoins est souvent une semence qui prépare la moisson ultérieure, comme nous pouvons le constater aujourd'hui encore dans certaines régions du monde. En Gaule occidentale, le sang des martyrs du 3ème siècle a été une semence dont la moisson est arrivée aux 4ème et 5ème siècles.

Selon les historiens, une première communauté chrétienne était établie à Angers vers 350. Le cimetière et le baptistère retrouvés sous la place du Ralliement en 1875 en témoignent. En 372 Angers avait un pasteur, l'évêque Defensor, ce qui confirme l'existence de cette communauté chrétienne. L'Anjou était peuplé par les descendants de l'ancienne tribu gauloise des Andécaves. Ceux-ci, partiellement romanisés, avaient pratiqué jusque-là une religion païenne constituée d'un mélange d'anciennes croyances gauloises et du culte officiel romain. L'Evangile a d'abord pénétré les villes; les campagnes angevines, plus accrochées aux rites païens, et peut-être moins visitées par les ministères chrétiens itinérants, ont mis plus de temps à s'ouvrir à la lumière du Seigneur Jésus.

Non loin de là, plus à l'est, la Touraine, l'Orléanais et le Berry bénéficiaient dans la deuxième moitié du 4ème siècle de l'œuvre puissante de Saint-Martin de Tours. Originaire d'Europe de l'Est, Martin, grand homme de Dieu, devint évêque de Tours; mais c'était avant tout un évangéliste et un missionnaire, qui parcourait le pays, annonçant le Salut en Jésus-Christ aux populations locales. Il a également fondé plusieurs communautés chrétiennes. Nous ne savons pas s'il est venu personnellement en Anjou, mais nombre de ses collaborateurs ont apporté la connaissance de l'Evangile auprès des campagnes angevines, comme Saint-Doucelin, Saint-Florent, Saint-Maurille ou Saint-Macaire.

Les zones rurales de l'Anjou ont ainsi commencé à recevoir la Bonne Nouvelle du Salut en Jésus vers la fin du 4ème siècle et le début du 5ème. On peut citer quelques grands hommes de Dieu qui ont exercé leur ministère au bénéfice des campagnes angevines à cette époque:
- Saint-Maurille dans la région de Chalonnes-sur-Loire
- Saint-Florent au Mont-Glonne (aujourd'hui Saint-Florent-le-Vieil)
- Saint-Vétérin à Gennes
- Saint-Maxenceul à Cunault
- Saint-Doucelin à Allonnes
- Saint-Macaire dans les Mauges

Les noms de ces hommes ont traversé l'histoire grâce à des récits écrits en général bien après leurs morts. Beaucoup d'autres ont aussi contribué à l'annonce de la Parole de Dieu dans notre région à cette époque. L'histoire les a oubliés, mais le Seigneur sûrement pas.

 

Drapeau d'Anjou

La Bible en Anjou et Bretagne
Ar Bibl en Anjev hag e Breizh

(Société Biblique d'Anjou)